La fluoruration de l'eau endommage-t-elle vraiment le QI de vos enfants?

La fluoruration de l'eau endommage-t-elle vraiment le QI de vos enfants? Les experts ont exprimé leur inquiétude quant à l'adoption d'une étude canadienne récente dans laquelle la fluoration de l'eau était associée à un QI légèrement plus bas chez les enfants. (Shutterstock)

Une étude récente a montré que la fluoration de l'eau dans la communauté a été associée à des scores de QI plus bas chez les jeunes enfants. Les opposants à la fluoration de l'eau a sauté sur l'étude, affirmant qu'elle confirme les dangers du fluor sur le cerveau en développement.

Depuis lors, un nombre de critiques ont souligné que les différences entre les scores de QI étaient minimes et que la recherche posait quelques problèmes de méthodologie. Un groupe de scientifiques de 30 a maintenant demandé à un bailleur de fonds de l’étude canadienne, l’Institut national des sciences de la santé de l’environnement des États-Unis, de demander au les auteurs à publier leurs données pour un examen indépendant.

Il est important de continuer à étudier les effets possibles de la fluoration de l'eau sur la santé.

Préoccupations concernant la sécurité

Une chose que nous savons, c'est que la fluoration de l'eau par la communauté réduit les caries.

En partie grâce à la fluoration de l’eau, moins d’enfants perdent leurs dents prématurément et moins d'enfants souffrent d'infections causées par des caries. Les enfants sont beaucoup moins susceptibles de souffrir du supplice des maux de dents.

Cependant, mon travail sur le histoire de la fluoration de l'eau suggère que les préoccupations concernant la sécurité se poursuivront. Dans les 1950 et 1960, les personnes opposées à la fluoration de l’eau craignaient que cela puisse causer des problèmes cardiaques et rénaux, ou que cela puisse endommager les os. L'un des principaux opposants, George Waldbott, a affirmé que certaines personnes étaient allergiques au fluorure.

Il a été aucune preuve décisive la fluoration de l’eau a causé l’un de ces problèmes. Dans les 1970, un certain nombre d’études ont montré que les taux de cancer étaient beaucoup plus élevés dans les communautés fluorées, mais ils n’ont pas été publiés dans des publications révisées par des pairs et ont ensuite été réfutés.

Plus récemment, l’inquiétude s’est déplacée vers les taux de fluorure et de QI, reflétant les inquiétudes actuelles des parents concernant la impact des technologies médicales sur la santé et le bien-être des enfants, y compris les vaccins. Dans le climat économique actuel, face aux préoccupations croissantes concernant la santé mentale et l'autisme, les parents sont particulièrement préoccupés par le cerveau des enfants.

Les opposants à la fluoration de l'eau se sont également opposés à l'obligation de boire de l'eau fluorée contre leur gré. Mais les préoccupations concernant les effets possibles sur la santé semblent avoir le plus grand impact sur le débat public.

Les électeurs ont choisi la prudence

Dans les 1950 et 1960, lorsque des communautés nord-américaines ont débattu de l'opportunité d'introduire du fluorure dans leur alimentation en eau, dentistes, chercheurs universitaires et autres experts ont été perplexes de savoir pourquoi les gens voteraient contre une mesure qui avait clairement un impact bénéfique sur les dents des enfants. Un certain nombre de sociologues et de politologues ont commencé à enquêter.

Au départ, équipe mari et femme Bernard et Judith Mausner ont conclu que les gens n'avaient pas compris la science derrière la fluoration et qu'ils avaient une «attitude anti-scientifique». Spécialiste de la santé publique William Gamson ont fait valoir que les gens ont voté contre la fluoration de l’eau parce qu’ils étaient «aliénés» ou parce qu’ils se méfiaient de l’autorité.

Enfin, une étude à plusieurs auteurs ont conclu que les personnes avaient voté contre la fluoration parce qu’elles pensaient qu’on leur demandait de décider de la sécurité de la mesure. Bombardés d'informations des deux côtés, la plupart des électeurs ont choisi la prudence.

Derrière tout cela, il y avait un refus du public d'accepter le fait que la carie dentaire était une maladie grave. Aujourd'hui, lorsque les enfants ont moins de caries que jamais auparavant, il est devenu encore plus difficile pour les activistes communautaires de la fluoration de l'eau de défendre leurs arguments.

La fluoration réduit les caries

Aujourd’hui, des études suggèrent que la fluoration de l'eau par la communauté peut réduire les cavités d'environ 25 pour cent. La fluoration continue d’être un problème extrêmement mesure de santé publique rentable. Cela peut aider à réduire les inégalités socio-économiques.

Au Canada, aujourd'hui, les enfants autochtones, les enfants immigrants et les enfants pauvres souffrir de manière disproportionnée de la carie dentaire. La douleur causée par un mal de dents peut empêcher les enfants d'aller à l'école, de dormir et de grandir, et peut entraîner des problèmes de comportement.

La fluoruration de l'eau endommage-t-elle vraiment le QI de vos enfants? La fluoration de l’eau réduit de 10% les caries chez les enfants et les adultes. (Shutterstock)

L'intervention chirurgicale la plus courante chez les tout-petits ces jours consiste à enlever les dents gravement cariées sous anesthésie générale. La fluoration de l'eau peut jouer un rôle important dans la réduction des caries parmi ces groupes.

Alternatives à la fluoration de l'eau

Toutefois, plus de 40 pour cent des enfants canadiens âgés de 12 à 19 n'ont jamais eu de cavité. Il est facile pour leurs parents de s’inquiéter de la possibilité que le fluorure réduise légèrement leur score de QI.

Les Canadiens s'inquiètent depuis longtemps des effets du fluorure sur la santé. De nombreuses villes canadiennes, y compris Vancouver et Montréal, n'ont jamais fluoré leurs ressources en eau. Autres, y compris Calgary avec leur cartes I/O et de communications Waterloo, ont choisi de l'enlever.

La lutte pour la fluoration de la communauté risque de devenir encore plus difficile dans les années à venir. Il est peu probable que les Canadiens soient persuadés que la carie dentaire est un problème grave. Et il existe des alternatives: une meilleure éducation en matière d'hygiène buccale, davantage de soins de santé bucco-dentaire financés par des fonds publics, des suppléments fluorés, du lait fluoré et du sel peuvent également aider à réduire la carie dentaire et peuvent être plus acceptables sur le plan politique.

A propos de l'auteur

Catherine Carstairs, professeure au département d'histoire, Université de Guelph

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

livres_environnement

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}